Ceci est un test
Recherche

Les actions

Plantes invasives

Une plante invasive est une plante allochtone (« qui est étrangère, qui vient d’ailleurs ») dont l’intégration par l’homme (volontaire ou involontaire), l’implantation et la propagation menacent les écosystèmes, les habitats ou les espèces indigènes. Les plantes invasives bouleversent donc l’équilibre de la biodiversité locale.

 

La canne de provence (Arundo donax), qui est présente en abondance sur la moitié aval du territoire, a colonisé les secteurs où la végétation rivulaire est dégradée ou absente. Sa tendance est actuellement à l’expansion et est en lien direct avec les interventions humaines sur les boisements. Le SMBVL procède donc à l’arrachage des tâches ou ilots de canne de provence en cours d’installation lors des travaux d’entretien de la végétation.

Nous retrouvons également de l’ambroisie (Ambrosia artemisiifolia) qui s’installe sur les atterrissements peu végétalisés situés sur la partie médiane et aval du bassin. Hautement allergisante, elle peut entraîner de graves problèmes respiratoires chez les personnes sensibles d’où une problématique importante dans la traversée de Bollène et de Valréas.

Le robinier faux-acacia (Robinia pseudoacacia) n’est pas en expansion sur le territoire et reste cantonné sur certains tronçons de berges. Tout comme l’ailante et l’erable negundo, le robinier fait l’objet d’intervention par écorçage lorsqu’il est en concurrence avec des essences locales. Le but étant, en écorçant le bois, de le faire sécher sur pied afin qu’il ne rejette pas.

La jussie est présente sur l’aval du Lez à partir du seuil des Jardins. La zone d’intervention du SMBVL concernant cette espèce est définie principalement entre le seuil des Jardins et le pont de Chabrières.

Le buddleia où « arbre à papillons » colonise lui les secteurs d’atterrissements du bassin versant. Cette plante invasive est alors traitée via des techniques d’arrachage lors des travaux d’entretien des cours d’eau.

Enfin, des espèces « domestiques » présentes dans les jardins des habitants peuvent devenir également invasives. C’est le cas du pyracantha, un buisson aux baies colorées qui prolifère le long du Lez. Sa présence en milieu naturel s’explique notamment par le rejet des particuliers près des cours d’eau mais également par dissémination par les oiseaux. Les équipes d’entretien procèdent à des actions d’arrachage de cette espèce.

  • Robinier faux acacia
  • Ailante
  • Pyracantha
Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.